Les dernières heures de Dilma Rousseff à la tête du Brésil

Dilma Rousseff vit ses dernières heures à la tête du Brésil : sauf invraisemblable coup de théâtre, les sénateurs voteront mercredi 31 août à Brasilia sa destitution pour maquillage des comptes publics au terme d’une procédure juridico-politique hautement controversée.

Michel Temer, 75 ans, ancien vice-président de Mme Rousseff, dont il a précipité la chute, assumera alors pleinement la présidence. Il l’exerce déjà à titre intérimaire depuis la suspension, le 12 mai par le Sénat, de la première femme élue, en 2010, à la tête du cinquième pays le plus peuplé de la planète.

Lire aussi :   Brésil : comprendre la chute de Dilma Rousseff en 8 épisodes

Le géant émergent d’Amérique latine, englué depuis la réélection de Mme Rousseff à la fin de 2014 dans une crise politique et économique de magnitude historique, sur fond de mégascandale de corruption, tournera ainsi la page de treize ans de gouvernement du Parti des travailleurs (PT, gauche) initiée en 2003 par Luiz Inacio Lula da Silva, l’ouvrier-syndicaliste devenu président.

Procès marathon

Le verdict va tomber au sixième jour d’un procès marathon, de dizaines d’heures de débats techniques et parfois passionnés où le droit de la défense et la Constitution auront été scrupuleusement respectés sur la forme, sans forcément convaincre de la culpabilité de Mme Rousseff au plan strictement juridique.

Le premier magistrat du Brésil, le président du Tribunal supérieur fédéral (STF), Richard Lewandowski, qui dirige les débats, lira d’abord son rapport résumant le procès. On passera ensuite au vote électronique. Les 81 sénateurs devront répondre à la question : « Dilma Rousseff a-t-elle commis un crime de responsabilité ? » S’ils sont 54 (les deux tiers) à voter « oui », elle sera écartée définitivement du pouvoir. Dans le cas contraire, elle réintégrerait immédiatement ses fonctions.

Selon un décompte effectué par le quotidien Folha de Sao Paulo, le plancher est déjà atteint, avec 54 sénateurs pour, 20 contre et 7 indécis. Pour la défense de Mme Rousseff, tous ses prédécesseurs ont eu recours aux manœuvres budgétaires incriminées sans avoir été inquiétés. Il s’agirait donc d’un « coup d’Etat » institutionnel orchestré par l’opposition de droite et Michel Temer.

Lire aussi :   Face à ses juges, Dilma Rousseff refuse « le silence obséquieux des lâches »

Jugement politique

La démonstration de combativité administrée lundi par Dilma Rousseff, répondant pendant plus de 14 heures au feu roulant des questions des sénateurs avec calme et fermeté, n’aura été selon toute vraisemblance qu’un baroud d’honneur pour la postérité.

Le motif officiel de cette destitution annoncée ? Le maquillage des comptes publics pour camoufler l’ampleur du déficit, via un tour de passe-passe faisant incomber certains frais à des banques publiques, et l’approbation de trois décrets engageant des dépenses sans le feu vert du Parlement.

Mais, en réalité, Dilma Rousseff est attaquée « pour avoir osé remporter une élection qui contrariait les intérêts de ceux qui voulaient changer le cap du pays et ne pas avoir empêché la poursuite des enquêtes sur la corruption au Brésil », a affirmé mardi son avocat, l’ex-ministre de la justice José Eduardo Cardozo.

G20 pour le successeur

Sans hésiter à invoquer Dieu, l’avocate de l’accusation Janaina Paschoal a, au contraire, préconisé la destitution comme « remède constitutionnel auquel nous devons recourir quand la situation devient particulièrement grave ».

Tout aussi impopulaire que sa rivale, Michel Temer se prépare à prêter serment au Sénat dans la journée. En quête d’adoubement international, il devrait ensuite s’envoler immédiatement vers la Chine pour participer à un sommet du G20, où il tentera de redorer le blason terni du Brésil et de faire oublier les huées dirigées contre lui lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/08/31/la-chute-est-proche-pour-dilma-rousseff_4990152_3222.html#TbWSKmP0weRcDIHO.99

Anúncios

Um comentário

  1. Não sou torcedor de Temer, nem Aécio, nem Renan e muito menos de Cunha. Tento acompanhar política de uma maneira muito difícil. Ser o máximo neutro e avaliar, analisar os detalhes de cada partido e seus integrantes. Votei a 14 anos no Lula. Votei porque parti de duas premissas que infelizmente não se mostraram verdadeiras: a primeira que Lula era uma demonstração ao mundo de que aqui havia uma verdadeira democracia. Afinal um ex operário alçar um voo a presidência claramente era algo anormal até em países ditos democratas; e tinha certeza a época que o PT era o partido mais ético do Brasil porque seus políticos eram o que menos trocavam de partido. No geral era um troca troca de “conveniência” para não dizer algo bem pior. Com o “mensalão” me debrucei na mídia de matizes diferentes, blogs de situação e oposição. Assisti tanto “fake”, em especial pela internet, que acertava acredito 90% de quem estava mentindo. Minha primeira decepção, fora mensalão, foi ver Lula mandar prender dois boxeadores cubanos, em menos de 24 horas e reenviá-los a Ilha algemados. Qual foi o crime ? Os dois garotos queriam competir na europa, ganhar dinheiro e serem felizes. Evidente que isso é proibido em Cuba. Fiquei então pensando: como podemos participar dessa “democracia” ? Foi apenas um ponto inicial em minha mudança de não acreditar no PT. Hoje sei que mentem, mentem e mentem. Não estou defendendo Temer, nem ninguém da atual situação, mas hoje (e que Deus me perdoe) se colocarem um candidato petista a síndico de um prédio contra um demônio, fico com o segundo. Isso o Le Monde não sabe. Ou sabe até demais. O Brasil tão carente em educação, hospitais e saúde presenteou países sabidamente de ideologia comunista com BILHÕES de dólares a serem pagos ninguem sabe como. Os médicos cubanos são proibidos de casar (um ou dois casou para demonstrar o contrário), tem seus passaportes retidos, são proibidos de pedir asilo político e recebem cerca de 20% do que o Brasil paga a Cuba. Um excelente negócio para Cuba. Vou parar porque o “poste” que Lula nos entregou conseguiu ser odiada até por seus defensores. Evidente que por conveniência milhares participam de manifestações. A grande maioria era paga regiamente pelo partido dos trabalhadores.

    Curtir

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s